Cassandra Wilson rend hommage à Ella Fitzgerald avec "Cry Me a River"

En 2016, le producteur primé aux Grammy Awards Gregg Field a organisé un hommage centenaire à Ella Fitzgerald à l'Apollo Theatre. Plus qu'un simple appréciateur, Field avait expérimenté de près le talent monumental de Fitzgerald en tant que batteur en tournée au milieu des années 80. Ce soir-là, Patti Austin, Lizz Wright et Cassandra Wilson ont interprété certaines des chansons les plus marquantes de Fitzgerald, avec le soutien du Count Basie Orchestra.

Fitzgerald avait joué "Cry Me a River" pendant au moins cinq ans avant de l'enregistrer pour son album de 1961, Frappez des mains, voici Charlie!et a continué à interpréter la chanson pendant des décennies. Et quand vint le moment de rendre hommage à l'Apollo, Wilson entendit l'arrangement de Field et sut qu'elle était entre de bonnes mains. Elle a parlé avec AllMusic de son histoire avec la piste, de ses diverses expériences à l'Apollo Theatre et de la musique qui la réconforte alors qu'elle se retire à l'intérieur avec nous. Un enregistrement de l'émission de cette nuit sera diffusé le 24 avril Ella 100: en direct à l'Apollo! sur Concord Jazz.

AllMusic: Quelle est votre histoire avec "Cry Me a River"?

Cassandra Wilson: J'ai dû entendre cette chanson quand j'étais enfant. La première version que j'ai entendue était Julie London, et je me souviens aussi de la version de Joe Cocker, et cela m'a vraiment tordu l'esprit, d'une manière formidable. Il a juste déchiré la chanson, il l'a déchirée. J'ai toujours admiré les artistes qui pouvaient le faire. J'étais un grand fan de Joe Cocker.

AllMusic: Est-ce que cela a facilité la prise en compte de la chanson qui s'est éloignée de la version d'Ella Fitzgerald?

Wilson: Je pense que cette sensation est influencée par les nombreuses versions que j'ai entendues. J'ai toujours aimé les paroles; en plus d'être très profonds, ils sont très poétiques. Il y a beaucoup de paroles que vous entendez qui vous touchent à un certain niveau, elles vous touchent sous la surface, et c'est l'une de ces chansons qui a un mélange très puissant et puissant d'un grand lyrisme, d'une grande mélodie et d'un aperçu très profond de la condition humaine.

AllMusic: L'arrangement est un peu plus sombre que sa version studio. Aviez-vous quelque chose à dire à ce sujet?

Wilson: Parce que c'était un concert, c'est le bébé de Gregg Field, et il a fait les arrangements pour tout. Vous entrez et vous savez qu'un chat comme ça va disposer la table correctement. Il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter. Vraiment, il n'y a pas eu de répétition autre que celle que nous avons faite la veille. Nous l'avons parcouru plusieurs fois, puis nous l'avons frappé.

AllMusic: Le fait d'entendre les versions des autres interprètes vous a-t-il donné de l'énergie pour continuer?

Wilson: Parce que comme prévu, vous n'entendez vraiment pas les artistes avant la nuit du. J'ai entendu Patti [Austin], je l'ai entendue et elle m'a tout simplement époustouflé. Bien sûr, c'est une chanteuse totalement différente, donc je l'écoute et je l'apprécie, et tout ce qui se passe dans ce genre de situation devient une gestalt, cela devient une pièce, et vous êtes impliqué dans le moment et impliqué dans le reste des joueurs.

AllMusic: Est-ce que jouer à l'Apollo est devenu une routine?

Wilson: Oh mon dieu, l'Apollo est spécial à chaque fois que vous y allez, car il y a tellement de couches et tellement d'énergies, tellement d'esprits qui sont là. Donc, à chaque fois que vous y allez, vous obtenez un sentiment différent, une perspective différente sur tous les musiciens qui y ont joué. Les gens qui dirigent l'endroit sont très attentifs aux détails et très respectueux de la tradition.

AllMusic: Vous souvenez-vous de votre première performance là-bas?

Wilson: Ma première représentation à l'Apollo a été avec la Jazz Foundation. Mais je suis allé là-bas pour voir Stevie Wonder faire un concert live. C'était au début des années 90, je ne me souviens plus quel album il faisait à l'époque, mais je me souviens avoir été époustouflé. Je pense que vous vous éloignez de l'Apollo comme ça parfois, cela devient juste une expérience très spirituelle, une expérience d'un autre monde. Je ne pense pas que vous puissiez en retirer cela, à moins de le transformer en McDonald's.

AllMusic: Le bâtiment a-t-il des bizarreries que vous aimez particulièrement?

Wilson: Je peux vous dire ce qui n'est pas réconfortant, mais ce que j'aime un peu, ce sont les vestiaires. Les vestiaires sont les vestiaires d'origine, vous devez donc monter plusieurs volées d'escaliers, peut-être jusqu'au troisième ou quatrième étage, et ce sont des escaliers très raides, c'est un théâtre à l'ancienne. Les vestiaires sont très petits, et chaque étage a une fenêtre qui s'ouvre, ce qui est rare de nos jours. C'est incroyable. C'est un musée, mais c'est un musée vivant, qui est exactement comme il se doit. Il y a encore de la musique qui s'y crée, et c'est vraiment important.

AllMusic: Lorsque vous êtes assis à la maison, y a-t-il une musique spécifique qui vous réconforte?

Wilson: Il y en a tellement. J'écoute plus que jamais les gens, car tout le monde est en ligne en ce moment. Beaucoup de gens partagent de la musique et j'écoute des gens comme Monte Croft, qui est un xylophoniste qui joue aussi de la guitare. Les musiciens qui ont un instrument sont fascinants, ceux qui sont assez confiants pour jouer, c'est vraiment intéressant à écouter. Liam Ó Maonlaí de Hothouse Flowers a fait d'excellents concerts live depuis son domicile.

C'est fou, pouvoir écouter ces gens dans leur habitat naturel, juste jouer de la musique. C'est vraiment fabuleux. Cela fait tomber beaucoup de barrières que nous plaçons autour de nous en tant qu'artistes; lorsque nous nous considérons davantage comme des célébrités, nous plaçons ces limites, et lorsque les limites sont supprimées, qui êtes-vous et pourquoi faites-vous cela? Pourquoi faites-vous de la musique? C'est une bonne question à se poser de temps en temps.

Photo de Shahar Azran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page