BELL WITCH & AERIAL RUIN Branche Stygienne Volume 1

La popularité de Bell Witch est l'un des phénomènes les plus surprenants et remarquables de ces dernières années. À cette époque où les humains surpassent les poissons rouges et les mouches des fruits dans le département de manque d'attention, pour un groupe de sortir un seul morceau de plus de 70 minutes de doom funèbre boueux comme Dylan Desmond (basse / chant) et Jesse Schriebman (batterie / chant) a fait avec 2017 Mirror Reaper – ne rien dire des compositions précédentes qui ont régulièrement brisé la barre des dix minutes – et faire en sorte que les gens fassent non seulement attention mais les louent pour un travail bien fait, fait toujours tourner les têtes cyniques. Même si un grand nombre de ces gens qui trompetteraient le groupe sont à égalité avec les «métallurgistes noirs de café» – c'est-à-dire «J'ai des disques de black metal, mais je passe plus de temps à laisser tomber le nom et à parler de les avoir, puis de les écouter» – qu'un groupe qui porte le terme de «combustion lente» avec la même fierté irrévérencieuse que Cliff Burton portait des bas de cloche a atteint leur succès est stupéfiant.

Stygian Bough Volume 1 n'est pas la première fois Bell Witch s'est associé à Ruine aérienne – alias Eric Moggridge (qui joue également dans Vieux grand-père avec Ange de la mortLe tueur de COVID-19 Will Carroll et est un ancien membre des thrashers des années 80 Épidémie). Moggridge a régulièrement rejoint Bell Witch sur scène et a été un chanteur invité sur chacun de leurs trois longs métrages. Cet album, cependant, semble être un appariement plus étoffé et une collaboration équitable dans laquelle la richesse de la guitare acoustique et électrique et une prépondérance de voix propres qui sont principalement le travail de Moggridge en tandem entrelacé avec les basses et la batterie du duo. Et, bien sûr, il y a probablement un petit entrepôt de pédales d'effets au travail et fredonnant l'arrière-plan.

Étant donné que cela a été écrit et enregistré avant que le monde ne tombe en enfer, ses participants ne pensaient probablement pas à la façon dont Stygian Bough Volume 1 deviendrait encadré comme de la musique pour une quarantaine. Quelques pistes se rapprochent en 20 minutes, les plus courtes pointent à huit et treize et que ce soit un appariement morose de picking acoustique et de gémissement vocal choral ou de redlining des amplis Orange et des battements de tambour qui tirent comme un feu de mousquet, tout bouge en super slo-mo et prix étalés langoureusement sur autant d'espace que les compositeurs le jugent nécessaire. Tout le temps supplémentaire accordé à la plupart d'entre nous en ces jours de non-travail, de non-présentation, de restaurants à volets, de bars à toiles d'araignées, de sorties limitées, etc. dooooooom allongé. L'expérience de Branche Stygienne serait absolument différent si l'auditeur était assis dans un trafic de banlieue, suspendu avec des ivrognes dans des tavernes bruyantes, ou tout en essayant de donner l'impression qu'il faisait du travail au travail.

Ouvreur, «The Bastard Wind» voit des hymnes folkloriques moelleux patauger dans une dépression clinique jusqu'aux genoux avant que l'air d'une descente de Woodstock ne prenne le dessus et prépare la table pour une attaque d'accords de grondement intestinaux, de voix hippies planantes et une poignée de percussions . Les fans de Doom se demanderont ce qui a pris si longtemps, les têtes folk sensibles se plaindront de la distorsion et de l'explosion de boulets de canon comme une micro-agression et tout le monde s'interrogera sur le swing d'humeur brutal. «Heaven Torn Low (The Passage)» est long et clairsemé, mais loin d'être vide, car une petite variété de passages acoustiques ancrent une phrase vocale toujours accrocheuse. Il y a juste assez de décalage entre les deux ou trois thèmes principaux de la chanson pour maintenir l'intérêt au cours de 12h55.

Il est beaucoup plus difficile de dire la même chose pour l'adjonction de la piste "Heaven Torn Low (The Toll)" qui est le dénouement funèbre, mais existe beaucoup trop unidimensionnellement et manque de toute sorte de mouvement appréciable en dehors d'un crescendo écrasant de tambours et cymbales qui se verrouillent sur les accents d'accords. "The Unbodied Air" se fonde sur un motif de riff d'accord de puissance simple et reconnaissable, ajoutant des couches de guitare, des voix de plus en plus brutales et même une reprise progressive dans le département de tempo autour de la marque de quatre ou cinq minutes. C'est une piste qui gémit surtout Congrégation triste, Scepticisme, et Evoken avant de prendre un virage vers une section diffusante ambient / indie rock et de rentrer dans l'assaut du sustain parsemé de mélodies harmoniques au son pastoral.

C'est une question de temps et de patience. Branche Stygienne n'est pas une rotation rapide et facile. C'est celui qui requiert qu'une bonne partie de l'attention de l'auditeur lui soit accordée à la lumière des étendues prolongées de tonnerre métallique, des néo-folk rares et de la trajectoire étendue et plate de ces éléments. Mettez-le et soyez exposé à son équilibre de solennité et de catastrophe. Mais notez que si une attention particulière n'est pas accordée, c'est un record qui pourrait facilement, et à tout moment, disparaître en arrière-plan.

Résultat: 6.5 / 10

Qu'est-ce que tu penses? Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page