AVERSIONS CROWN L'enfer viendra pour nous tous

Cela ne semble pas il y a trop longtemps lorsque le deathcore était une scène mal vue. Et dans une certaine mesure, cette désapprobation était justifiée compte tenu de l'indulgence excessive dans les pannes, associée aux débardeurs vendus par Hot Topic et aux jauges de caillage du cartilage d'oreille. La communauté du death metal a fermement embrassé son élitisme et a évité avec amertume le pic de popularité des premiers groupes de deathcore grand public pour les raisons susmentionnées, le considérant comme un sous-genre probablement de courte durée. Il fut un moment où je partageais aussi un peu cette perspective alors que les grands noms du deathcore répétaient leur formule album après album. Alors que nous avançons rapidement jusqu'à aujourd'hui, la connotation négative et la complaisance musicale enracinée dans le deathcore ont étonnamment réussi un 180.

Au fur et à mesure que le sous-genre évoluait, les aspects problématiques et dérivés ont été éliminés par une grande majorité des actes modernes qui se sont adaptés et mûris de façon spectaculaire. Et pour cette raison et pour de nombreuses sorties récentes convaincantes, je me surprends à croire que nous sommes dans une ère de renaissance tacite du deathcore. Nous avons vu la croissance naissante de nouveaux chemins, y compris le deathcore noirci, le deathcore progressif / technique et le deathcore symphonique, parallèlement à la montée précédente du death metal noirci, du death progressif / tech et du death metal symphonique. Le plus choquant de tout cela est de savoir comment ces progrès réduisent la disparité entre le death metal et le deathcore. Les deux scènes de sous-genre qui avaient autrefois des vues divergentes l'une de l'autre se rejoignent comme des actes comme Apte à une autopsie, Les dix dernières secondes de la vie, Ombre d'intention, AngelMaker, etc. sont très appréciés en tant que défenseurs montants du deathcore, mais surtout comblant le fossé entre les deux scènes et sous-genres.

Avec le contexte et l'histoire condensée du death metal et du deathcore maintenant présentés, nous arrivons à Couronne d'aversions. Alors qu'ils apparaissaient parfois sur mon radar il y a des années, ce disque est certes ma première aventure détaillée dans la musique de l'acte australien. Après avoir été impressionné par L'enfer viendra pour nous tous, Je suis retourné pour parcourir leurs trois albums précédents et bien qu'ils présentent un sens aigu de la technicité et de la brutalité, ce nouveau matériau est de loin le plus fort, le plus audacieux et susceptible de les mettre plus loin sous les projecteurs de la scène deathcore. De plus, cet album est très certainement centré sur une base de deathcore, mais ajoute du death metal, des éléments techniques et noircis dans le melting-pot.

Leur identité complexe peut être facilement absorbée dans le poinçon un-deux des morceaux d'ouverture "The Soil" et "Born in the Gutter". Ceux-ci montrent clairement une lourdeur contondante, mais démontrent également une dynamique et des nuances non seulement dans le rythme des riffs, mais dans les livraisons vocales vacillantes. Le matériau coche toutes les cases pour une envie de métal agressif et extrême sans tomber dans le piège de l'intensité excessive et du vernis de production. En outre, la touche de mélodie est remarquable, ce qui permet à leurs riffs de guitare déchiquetés et chuggy de rester coincés dans votre tête. Parmi les autres moments marquants du disque, citons le ton black metal de la chanson titre ainsi que le jeu de guitare principal dans "Scourge of Violence". Et oui, une abondance de pannes écrasantes est également dispersée dans l'album.

Dans l'ensemble, le matériel affiché sur ce LP montre la progression et la maturation des deux Couronne d'aversions et le sous-genre deathcore dans son ensemble. Bien qu'il y ait absolument des éléments impressionnants et révolutionnaires du score de mort précoce, il était loin d'être parfait. L'enfer viendra pour nous tous est une représentation solide de la façon dont il y a toujours place à l'amélioration étant donné qu'ils ont adopté la formule du deathcore et amélioré de nombreux aspects. Leur concentration sur les leads de guitare, la dynamique, la mélodie et l'ajout de caractéristiques tech-death et black metal ont permis à chaque morceau de s'épanouir. De plus, j'applaudis la retenue du groupe en ce qui concerne la longueur et la modestie musicale. Ce disque dure moins de quarante minutes, ce qui est en fait tout à fait parfait pour le métal à cette échelle de lourdeur dense. Deuxièmement, ces chansons sont efficaces dans la mesure où elles ne vont jamais trop loin avec la brutalité ou la technicité.

Plus tôt, j'ai mentionné de nombreux autres actes qui mènent également la vague actuelle de deathcore de manière similaire, donc je ne peux pas considérer ce record comme révolutionnaire, mais plutôt fortement en faveur de mon affirmation précédente selon laquelle nous assistons à une nouvelle ère de renaissance du sous-genre. Si vous êtes fan de la génération moderne et mature du deathcore, Couronne d'aversions mérite absolument d'être à votre écoute habituelle. En fin de compte, c'est à quoi ressemble le deathcore en 2020 et j'approuve de tout cœur.

8/10

Qu'est-ce que tu penses? Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page