Accueil » Album posthume de Tony Allen mettant en vedette Damon Albarn, Danny Brown, Skepta et plus

Album posthume de Tony Allen mettant en vedette Damon Albarn, Danny Brown, Skepta et plus

L’année dernière, le légendaire batteur nigérian Tony Allen travaillait sur un nouvel album lorsqu’il a souffert d’un anévrisme de l’aorte et est décédé à l’âge de 79 ans. Ses collaborateurs ont terminé ce qu’il a commencé et la sortie posthume Il n’y a pas de fin arrivera le 30 avril, jour anniversaire de sa mort. Vous pouvez voir un aperçu du premier single « Cosmosis », co-écrit par Damon Albarn et mettant en vedette Skepta et Ben Okri.

Allen a été le pionnier du son Afrobeat, puisant des influences du jazz américain, du highlife ghanéen et des polyrythmies yoruba pour développer de nouveaux grooves qui continuent de résonner aujourd’hui. Il a construit sa réputation imposante en collaborant sur plus de 30 albums avec Fela Kuti, et ses compétences étaient si avancées que lorsqu’il est parti pour poursuivre une carrière solo, Kuti a embauché quatre batteurs pour le remplacer.

Allen avait voulu Il n’y a pas de fin pour devenir une plate-forme pour la prochaine génération de rappeurs émergents, et bien qu’il n’ait pas vécu pour collaborer avec tous, il a donné le rythme avec le producteur Vincent Taeger. Dans un communiqué, Taeger a déclaré: «L’idée de Tony était de donner aux rappeurs l’espace pour respirer et créer librement. Il voulait vraiment non seulement faire de l’afrobeat, mais plutôt quelque chose de nouveau et ouvert, avec des sons très différents pour la batterie pour chaque chanson et des sensations et des tempos vraiment ancrés dans le cœur du hip hop. En plus de Skepta et Albarn, Il n’y a pas de fin présente également des contributions de Danny Brown, Sampa the Great, et plus encore.

Le romancier et poète nigérian Ben Okri, dont les paroles sont entendues sur le nouveau single «Cosmosis», a eu la chance de travailler avec Allen. Il a rappelé: «Nous étions en studio avec Damon Albarn et Remi Kabaka et Tony a dit: ‘Je décris cet univers dans lequel les rêves peuvent surgir’, puis j’ai compris que pour lui le rythme qu’il énonce est comme ce paysage textuel. . Il a une structure psychique ou l’ADN d’un univers de musique pour lequel Tony avait élaboré une sorte de base mathématique pour cela dans ses battements elliptiques, puis une invitation au rêve pourrait être donnée.

Vous pouvez entendre l’un de ces «paysages textuels» sur «Cosmosis». Cela commence, comme tout le projet a commencé, avec la batterie d’Allen. Okri récite de la poésie sur la science, l’art et le feu, et Skepta crache un verset qui couvre l’amour et la spiritualité ambitieux. La piste d’accompagnement est assez clairsemée pour entendre chaque frappe sur le kit de batterie, alors qu’Allen bascule entre un riff trompeusement complexe et un quasi-silence. Le clip vidéo d’accompagnement a été réalisé par Navire Argo et montre des images du grand homme jouant «Cosmosis». Découvrez-le ci-dessous.

L’année dernière, Allen a sorti son album Réjouir peu de temps avant sa mort, et ensuite apparu sur Gorillaz Song Machine: Saison 1 – Timez étrange.

Il n’y a pas de fin Ouvrages d’art:

il n'y a pas d'illustration de fin Album posthume de Tony Allen mettant en vedette Damon Albarn, Danny Brown, Skepta & More

Il n’y a pas de fin Liste des pistes:
01. Le Praeludium de Tony
02. Trébucher (feat. Sampa le Grand)
03. Crushed Grapes (avec Lord Jah-Monte Ogbon)
04. Très magnifique (feat. Tsunami)
05. Mau Mau (feat. Nah Eeto)
06. Coonta Kinte (feat. Zelooperz)
07. Rich Black (feat. Koreatown Oddity)
08. One Inna Million (avec Lava La Rue)
09. Gang On Holiday (Em I Go We?) (Avec Jeremiah Jae)
10. Deer In Headlights (avec Danny Brown)
11. Hurt Your Soul (feat. Nate Bone)
12. My Own (feat. Marlowe)
13. Cosmosis (feat. Ben Okri + Skepta)
14. Il n’y a pas de fin

Revenir en haut de page